27roses.eu

Les mensonges de la droite européenne - les propositions du PSE

Le PSE a publié une note concernant 15 mensonges inscrits dans le marbre du programme du PPE (lire ici). François Fillon et ses amis ont ratifié ce programme des conservateurs européens lundi à Varsovie.

27roses vous livre non seulement ces critiques, mais 5 propositions du PSE.

13 mai 2009, par David C.


1. La droite européenne aurait façonné l’Europe

- il n’en est rien.

Ce sont autant la social-démocratie et la droite sociale qui ont, depuis le début, été les principaux instigateurs pour réaliser et façonner l’Europe telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Peut-on vanter les actions pour l’Europe d’un Charles de Gaulle, d’un Konrad Adenauer ou d’un Helmut Kohl, en oubliant ce qu’ont apporté à l’Europe un François Mitterand ou un Jacques Delors, qui reste bien plus présent à l’esprit de chacun comme un des grands bâtisseurs de l’Europe ?

Comment l’UMP, parti central de la droite européenne, peut-elle se vanter d’être pro-européenne, alors qu’elle n’affiche sur son site de campagne ni son programme du PPE, ni celui de l’UMP ? Scandaleux.

-  Proposition du PSE avec le Manifesto, il s’agit de rompre avec cette cogestion, précédemment nécessaire pour construire l’Europe, pour enfin façonner l’Europe selon un véritable projet politique - autrement dit politiser clairement le parlement européen par des propositions fortes et réalistes que n’offre le choix d’aucun autre parti ; le Manifesto fait plus de 70 propositions concrètes, son programme est prêt depuis plus de 6 mois, disponible pour tous les citoyens, et réalisable car promue par tous les partis socialistes et sociaux-démocrates du PSE.

2. La droite européenne prétend répondre à la crise financière

- La droite propose tout simplement de rompre avec ce qu’elle a toujours fait, y compris jusqu’à ces derniers jours : considérer comme passéiste toute régulation et bloquer tous les textes allant dans ce sens. Les frasques dernières du commissaire du marché intérieur Mac Greevy ne peuvent qu’en témoigner. D’ailleurs, aucune des propositions faites dans le cadre intergouvernemental ne sont évoquées.

Incohérence des paroles et des actes, désaccord entre ses acteurs.

Ainsi Barroso et Sarkozy promettent publiquement, et uniquement sous la pression sociale que la crise a engendrée, certaines propositions de régulation émises depuis longtemps par les sociaux-démocrates européens. Propositions déjà à minima que Mac Greevy, commissaire en charge des marchés, refuse de réaliser...

Ainsi Sarkozy, à la place de Barroso (au nom de Barroso ?), annonce un plan de relance européen, dont le seul dénominateur commun est l’accord entre Sarkozy, Merkel et leurs amis pour rester aux plans nationaux. Concrètement ? le plan de relance européen annoncé prévoit environ 3-5 Mrd d’investissement, soit moins de 5% du seul plan de relance allemand...

-  Proposition du PSE dans le Manifesto, il est clairement dit que c’est à l’échelon européen que cette régulation doit être entreprise en priorité, accompagnée d’un plan de relance véritablement européen : pour s’attaquer aux mécanismes qui ont mené nos économies à leur perte, il faut vraiment lutter contre les paradis fiscaux, il faut réglementer les investissements par endettement, réglementer les agences de notation, épurer les comptes des banques, créer des instances européennes de régulation avec les pouvoirs et les moyens adéquats.

3. La droite européenne veut faire des investissements massifs contre la crise en matière de développement durable

- Incapables d’investir avec de réels budgets et avec des plans coordonnés - sans se soumettre au lobby automobile ou autre - les partis conservateurs promettent en campagne ce qu’ils n’ont jamais réussi à faire... alors qu’ils sont au pouvoir dans la plupart des pays et qu’ils mènent la danse à la commission européenne depuis des années.

-  Proposition du PSE Le Manifesto propose très clairement un plan de relance digne de ce nom. Celui-ci doit créer 10 millions d’emplois et doit être au service des emplois de demain. Il doit prioritairement aider les reconversions industrielles et aider à former les travailleurs concernés aux métiers de demain, par la mise en place d’un Pacte pour l’Emploi.

4. La droite européenne veut faire de l’Europe une économie de la connaissance

- En la matière, seul le bilan doit compter.

Les objectifs de Lisbonne n’ont pas été atteints. Les gouvernements - majoritairement à droite depuis 10 ans - n’ont pas joué le jeu en refusant de mettre en commun les moyens nécessaires. La commission Barroso n’a rien fait, ni pour rappeler à ces gouvernements les engagements pris, ni en agissant soi-même, laissant ainsi aller à la ruine cette stratégie économique de l’Europe promise et signée.

-  Proposition du PSE avec le Manifesto, l’engagement est simple : faire de l’Europe la première puissance en matière d’investissement dans la recherche et le développement. Or les nouveaux emplois se trouvent dans ces domaines de recherches et développements, dans l’économie du développement durable, dans la société de la connaissance. Pour développer ces domaines, véritables gisements des emplois de demain, cela suppose de mettre en accord les mots avec les moyens véritables qu’on se donne. Cet investissement, ces moyens sont inscrits dans les engagements du PSE.

5. En pleine crise financière, il faudrait baisser les impôts pour rendre les pays plus compétitifs

- Visiblement, les conservateurs persistent avec leur idéologie pro-libéralisme, y compris lorsque tout leur système de politique économique s’écroule.
La recette est toujours la même : alors que les déficits ne cessent de se creuser, que la dette de nos Etats explose et que nos systèmes sociaux implosent, par idéologie il reste toujours encore des moyens pour certaines catégories.

Cet engagement est non seulement incohérent avec la politique économique globale dont l’Europe aurait besoin, mais de toute évidence ne servira que comme argument le temps d’une campagne électorale, comme jadis le "travailler plus pour gagner plus".

-  Proposition du PSE avec le Manifesto, le choix est clairement celui d’un fort plan de relance. Un emprunt européen est une autre proposition lancée par les socialistes européens.

Pour le programme du PSE, il ne s’agit pas de faire de l’idéologie, ni de promesses électoralistes, mais de faire des propositions justes, concrètes et transparentes pour l’avenir de l’Europe et l’avenir de tous les européens.



27roses.eu, blog de militants du PSE (Parti socialiste européen) - PES - 27 roses - élections européennes

| Facebook | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0