27roses.eu

Participez à la Contribution Thématique du Congrès du PSE de PRAGUE 2009

Le 6 et 7 Décembre, le PSE est en congrès à Prague. C’est une échéance très importante pour le progressisme Européen, le collectif "27roses" vous donne l’occasion d’y participer. C’est un congrès essentiel, car il sera question de faire du PSE un véritable parti de politique européenne et celui des militants Européens. Nous vous livrons premièrement une communication thématique dont vous pouvez nous communiquer vos critiques/ améliorations / prolongements. Nous proposerons une V.2 à la vue des réactions.

13 novembre 2009, par Benjamin, Damien H., David C., Frédéric, Nicolas L., Sébastien, Vanessa


La contribution est disponible ici :

PDF - 116.7 ko

Les récents résultats électoraux en Europe doivent entraîner pour la sociale démocratie européenne une vive réflexion sur son devenir et sur ses ambitions. Les élections européennes se sont soldées par un recul massif des partis progressistes et démocrates sur tout le continent. Pour autant, force est de constater que des victoires persistent récemment pour nous dire que ce modèle n’est ni dépassé ni rejeté. Bien davantage, nous devons faire le constat que la réussite des partis sociaux démocrates réside dans sa capacité à incarner une réelle alternance et un projet de changement politique clair pour les citoyens. Aux quatre points de l’Europe, lorsque ce projet est représenté par un leadership politique sans conteste et unifié, la population se mobilise effectivement pour élire le mouvement politique incarnant le réel changement de leur politique et de leur mode de vie.

De fait, le Parti Socialiste Européen doit se donner les moyens de ses ambitions. A la fois en proposant des axes forts structurant une Sociale Démocratie affirmée et renouvelée ; également en devenant le lieu d’échanges, d’expérimentation et d’élaboration de politiques inspirant les partis frères de toute l’Europe. De ce fait, le PSE doit être le parti des militants européens et leur conférer très précisément ce statut et les moyens pour le devenir.

Nous présentons dans ce texte les trois thématiques d’une réelle alternative d’offre politique qui, désormais, ne peuvent être cohérente et intellectuellement soutenable qu’à l’échelle de l’Europe. Le Parti Socialiste Européen doit proposer un projet de rupture au capitalisme financier par des réformes financières et fiscales ; il doit proposer un modèle de développement écologique pour le XXIème siècle comme mode de production ; l’Europe n’existera pas pour les citoyens sans de véritables droits sociaux proposés par le PSE.

1. Allier réformes financières et fiscales européennes pour une économie réelle

Le PSE a toujours été et devra être porteur d’une réforme incisive du capitalisme financier. Nous constatons désormais que ce modèle économique est en crise tous les trois ans depuis bientôt vingt ans ; les politiques de la droite conservatrice au pouvoir ne changera rien au business as usual qu’elle légitime sous des faux-airs de « moralisation du capitalisme ». Il faut désormais que le PSE incarne un projet crédible mais surtout très clairement alternatif à la liberté du monde de la finance actuelle ; nous pensons que seul un projet européen est envisageable, le PSE doit le proposer à tous les partis frères.

Déjà, nous pensons que le rapport Rasmussen de 2007, les propositions de 2008 et la campagne de 2009 vont dans le sens d’un engagement fort pour les réformes concrètes des marchés financiers.

Mais il n’en reste pas moins que ces mesures actuelles ne concernent, pour l’instant, que les professionnels des marchés financiers. Ces mesures sont justes mais faiblement audibles : seule une adhésion massive et profonde des populations à des réformes pourra poser les jalons d’une véritable régulation de la finance pour sa conciliation avec le fonctionnement de l’économie réelle. Les leviers d’action seraient les suivants :

- Une taxation sur les revenus des activités financières à hauteur d’un plafond de rémunération donné au niveau européen – une mesure avant tout de justice sociale afin d’atténuer les surprofits de ce secteur en particulier ;

- Une ponction minime sur tous les flux financiers – L’objectif serait de réduire les actions trop spéculatives et déconnectées de l’activité économique réelle.

Nous proposons que les recettes de ces nouveaux impôts sur les résidents européens complètent le budget européen qui peine à augmenter ces dernières années.

2. Un modèle de développement écologique européen pour le XXIème siècle

La campagne de 2009 a eu raison de ne pas dissocier les questions de l’investissement massif pour l’emploi en temps de crise et la question du nouvel modèle de développement durable. S’il est bien un domaine où les politiques nationales ont peu de sens, c’est bien en matière de lutte contre le changement climatique et l’élaboration d’une économie soutenable.

L’écologie politique redessine les horizons de notre modèle de développement occidental : en introduisant la notion de rareté dans la comptabilité de nos richesses acquises, également en imposant un critère de durabilité dans nos modes de richesses produites.

Le PSE doit promouvoir désormais des politiques publiques non plus aux fins d’accroitre les objectifs du seul PIB, mais il doit très explicitement affirmer viser l’amélioration de nouveaux critères de richesses durables et socialement responsables. Pour ce faire, le modèle social économique du XXIème siècle sera écologique tant du côté de l’investissement que de celui de la production.

Un investissement massif dans les infrastructures européennes doit être mené au détriment des plans nationaux et au financement des vieilles industries du XXème siècle. Les projets de chemins de fer trans-européens doivent avoir le soutien de la Commission et du Parlement ; moyens de transports faiblement polluants doivent être incitées de manière fiscale et par des grands projets d’investissement ; l’Europe doit prendre la tête des économies propres et renouvelables avec le soutien de politique énergétique et de recherche priorisée. L’économie de la connaissance, la recherche disposant des cadres de régulation éthique de ses investigations, va de paire avec le développement écologique et durable.

Coté appareil productif, une politique écologique signifie s’engager et surtout imposer des objectifs clairs et ambitieux concernant une consommation prépondérante de matière première renouvelable.

- Le PSE doit proposer une politique et des objectifs chiffrés au sortir de la réunion climatique de Copenhague ; des quotas d’émission doivent également être explicités en Europe.

- Seule une fiscalité écologique – unification européenne des impositions carbone, taxes patronales plus élevées pour les entreprises polluantes – peut restreindre et réguler l’appareil productif aux énergies non renouvelables.

- Enfin, c’est seulement en régulant la gouvernance des entreprises européennes qu’un nouveau modèle développement écologique est possible : imposition et dépassement de REACH en matière d’industrie polluante ; des reportings sociaux et environnementaux contrôlés par des agences de notations publiques européennes ; aides aux reconversions écologiques.

3. L’Europe par la législation sociale européenne : vers un bouclier social

La défiance ou l’indifférence des citoyens face à l’Europe s’explique par l’absence de véritables législations sociales concrètes issues de l’Europe. Pire, les récentes manifestations des ouvriers britanniques, voire françaises, « anti polonais » doivent faire comprendre aux sociaux démocrates qu’à l’ouverture de l’Europe et des européens, une législation sociale cohérente est indispensable. Seul le PSE à la capacité et doit avoir l’ambition de l’élaborer.

Les propositions du PSE doivent servir d’exemple dans la manière et dans la forme pour toutes les composantes des mouvements progressistes européens : se concentrer sur des législations de minima sociaux imposés à tous les pays européens, maintenir les législations progressistes existantes, avoir pour ambition de mener, à terme, tous les pays vers des droits visant les maximum sociaux européens.

- Le revenu minimal européen tel que défini dans le Manifesto doit être un acquis pour toutes les politiques ultérieures du PSE et des partis frères ;

- Le parachèvement des droits syndicaux (transparence et CE européens ; législations sur le travail par branche en Europe) ;

De plus, le PSE doit inventer les législations sociales européennes nouvelles sur les grands sujets tels que :

- La « portabilité » des droits sociaux individuels au niveau européen (transposables d’un pays à l’autre) notamment concernant : les droits à la formation ; les droits à la retraite ; les droits à l’éducation ; etc…

- la « transférabilité » des législations au mieux-disant concernant les lois sociales en vigueur d’un pays à l’autre.

Conclusion :

Le PSE comme parti politique Européen de propositions
Le Parti Socialiste Européen doit être un espace d’échange, de débat, de synthèse et de propositions des législations du socialisme européen. Il doit pouvoir se considérer également comme un parti politique s’assumant donc en tant que tel. Avec un projet d’alternance politique explicité par des propositions fortes aux dimensions européennes.

Et ce sont les militants européens qui peuvent faire ce travail d’échange, de synthèse et d’expérimentation. Ils doivent donc avoir une existence reconnue par les statuts du PSE ; ils doivent pouvoir formuler des propositions en tant que parti pour établir une véritable politique européenne susceptible d’être adoptée par tous les partis frères sociaux démocrates.



27roses.eu, blog de militants du PSE (Parti socialiste européen) - PES - 27 roses - élections européennes

| Facebook | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0